TROIS FOIS ALICE

Et si on te laissait choisir l’histoire que tu avais envie de lire ? Et si on t’invitait à plonger dans la grande aventure de la création d’une histoire ? Trois fois Alice, c’est trois univers, trois histoires, trois possibilités. Et c’est au public, (oui, oui, à TOI!), d’en décider!

 

Dans ce balado en 5 épisodes, l’auteur Patrick Isabelle et l’illustratrice Audrey Malo travaillent ensemble pour créer de toutes pièces un album illustré. Tout au long de cette belle aventure, la jeune Alice, amoureuse de littérature, vient mettre son grain de sel et poser toutes sortes de questions sur le pourquoi du comment de comment on fait ça, une histoire dessinée!

À écouter ici :

https://lpalo.com/podcasts/collaborations/trois-fois-alice/

https://podcasts.apple.com/ca/podcast/trois-fois-alice/id1572034810?l=fr

https://open.spotify.com/show/5CgoqWlLTWzZ0OazQkAoez

ÉPISODE 2 - Le métier d'illustrateur.trice

Dans ce deuxième épisode de la série “Trois fois Alice”, Alice rencontre l’illustratrice Audrey Malo, qui va travailler avec Patrick Isabelle pour composer leur histoire! Alice et Audrey discutent du métier d’illustratrice, de ses techniques et de sa manière d’imaginer des personnages. 

 

Audrey présente aussi à Alice les trois pistes visuelles qu’elle a imaginé pour le personnage principal de l’histoire! Et… c’est à toi de choisir ta préférée! Pour voter, c’est juste ici!

ÉPISODE 1 - Trouver une bonne histoire

Dans ce premier épisode, l’auteur Patrick Isabelle rencontre la jeune Alice pour une entrevue et parler de la manière dont il trouve ses idées d’histoires! Patrick va en profiter pour lui demander conseil : il a trois idées d’histoire et il ne sait pas comment les départager… Pour l’aider à choisir, tu peux aller voter ici pour ton synopsis préféré! Tu as jusqu’au 30 juin (pssst : les Éditions de la Pastèque feront tirer un livre parmi les participants…)!

Alice I

Lorsqu’Alice se retrouve de l’autre côté du miroir, au début, elle n’y voit aucune différence; ses parents sont les mêmes, son lapin n’a pas changé non plus, même sa chambre est identique... jusqu’à ce qu’elle sorte de chez elle. À son grand étonnement, tout ici est ÉNORME. Les voitures, les maisons, les gens… même les écureuils ont la taille d’un hippopotame! Si elle est d’abord terrifiée, ce n’est rien comparé aux gens qui la croisent dans la rue. Quelle est cette créature bizarre qui ose se promener librement? Un démon? Un animal? Un extra-terrestre? Mais non, dans ce monde, Alice est juste une petite fille hors-norme.

À l’école, Alice doit affronter le regard des autres, qui ne comprennent pas pourquoi elle est si différente. Pourquoi n’est-elle pas grosse, comme tout le monde? Et qu’est-ce que cette chose étrange qu’elle appelle « des muscles » et qui fait rire ses camarades de classe? Alice peut compter sur Dinah, sa meilleure amie malgré que celle-ci ait une tout autre apparence dans ce monde. Avec Dinah, Alice apprivoisera sa nouvelle école et les nouveaux défis qu’offre ce nouveau monde, où être gros est la norme et devra choisir entre rester ou repasser de l’autre côté du miroir. 

 

Quand les normes sont renversées, ça crée des images fortes et des situations intéressantes. Une histoire qui se construira beaucoup par les dialogues.

Alice II

Quand Alice se réfugie de l’autre côté du miroir pour échapper à ses parents qui se chicanent (encore!), elle découvre sa chambre comme elle ne l’a jamais vue avant; on dirait qu’elle vient d’atterrir dans un cauchemar! Tout est sombre et glauque. Même son lapin affiche une allure monstrueuse. Les choses se gâtent rapidement lorsqu’elle se retrouve face à face avec la Alice de ce monde. Si notre Alice hurle de terreur devant le monstre qu’elle a devant les yeux, la Alice-monstre a la frousse de sa vie! Affolée, Alice tente de retourner dans son monde, sans succès. Elle décide donc de se réfugier sous le lit du monstre. 

Le soir venu, Alice est toujours cachée sous le lit lorsque deux monstres font irruption dans la chambre; l’autre Alice, le monstre, ainsi que sa meilleure amie Dinah, une énorme chatte rousse et monstrueuse. Alice le monstre est terrifié à l’idée que l’humain qu’elle a aperçu dans sa chambre s’y trouve toujours. Notre Alice doit à tout prix trouver un moyen pour retourner dans son monde avant que les monstres ne découvrent sa cachette. 

 

Une histoire de peur, un univers d’extrême et un revirement sur l’histoire classique du monstre sous le lit. J’ai envie de créer un climat de suspense et de terreur, mélangé à un humour un peu mordant et noir… quelque chose comme un joyeux cauchemar.  

 

Alice III

Lorsqu’Alice traverse le miroir, elle réalise rapidement que plus rien n’a de sens. Tout est inversé. Pour avancer, elle doit reculer. Pour aller à gauche, elle doit tourner à droite. Les mots ont perdu leur sens. Même le temps tourne à l’envers. Seul son lapin semble avoir gardé sa tête, seulement, il parle désormais… et ce qu’il lui apprend est surprenant : le temps presse, elle doit à tout prix accomplir une mission urgente (c’est un secret) si elle veut retraverser de l’autre côté, où les choses sont moins compliquées.

Ne désirant pas demeurer dans ce monde sens dessus-dessous éternellement, Alice entame une course contre la montre déroutante afin d’atteindre son but. Sur son chemin, elle rencontrera quelques personnages sans queue ni tête, qui la guideront dans sa quête. Elle croisera aussi sa meilleure amie Dinah qui l’aidera à arriver au bout de sa mésaventure. Jusqu’à ce qu’Alice réalise qu’elle a tort de courir, parce qu’ici, pour arriver à la fin, il faut retourner au début.

 

Un heureux mélange d’absurde et de poésie, cette histoire serait un défi à écrire mais aussi un grand plaisir. Je crois que les images, qui s’en dégageraient, pourraient être visuellement intéressantes. Cette histoire sera comme un cube Rubik à 16 faces… on ne voit la logique qu’une fois terminé.  

Crédits : Une production des Éditions de la Pastèque et de La puce à l’oreille. Scénarisation : Alex Beausoleil. Voix : Patrick Isabelle, Audrey Malo et Alice Poblete. Réalisation : Albéric Filhol (La puce à l’oreille) et Ivann Uruena (Les Studios Bakery). L’illustration du balado a été créée par Audrey Malo. 

La Pastèque remercie de son support Patrimoine Canada et la SODEC